mercredi 15 novembre 2017

Les voitures à impériales 211 à 214 de la compagnie Vaucamps, 1871-1909 ^^

Nous avons beaucoup parlé, sur le blog, de l'ancienne voiture à impériale "7" de la compagnie Morris (dite "Voies Ferrées Belges"), construite la firme "Geo Starbuck & Co" de Birkenhead, en Angleterre.


Cependant, ce n'est pas le seul modèle de voiture de tramway à impériale qui a sillonné les artères bruxelloises...

En 1871, la "
Belgian Street Railway and Omnibus Co" (plus connue sous le nom de "compagnie Vaucamps") reçoit 4 véhicules commandés à la compagnie John Stephenson Car Company de New-York. Au moins deux d'entre eux étaient dotés d'une impériale (peut-être même les 4, il n'y aucune certitude quant au nombre d'impériales...)



Ces 4 voitures, numérotées 211 à 214, sont destinées à la desserte de la ligne Laeken-Gare du Nord, en tant que renfort, surtout les dimanches et jours fériés, lorsque les Bruxellois gagnent les rives du canal pour se détendre, se promener, pêcher ou encore faire un tour en bateau à vapeur. 

Mon guide de Bruxelles de 1910 édité par les Tramways Bruxellois évoquait ces sorties dominicales en ces termes:  "Les auberges s'alignent sur la rive gauche du bief élargi des Trois Fontaines et ont des enseignes qui font promesse d'anguilles frites, d'omelettes et de gaufres. Les petits bateaux à vapeur y emmènent, le dimanche, de Laeken, des caravanes familiales de Bruxellois".


Après la mise en service de la liaison Nord-Midi par les boulevards du Centre (qui se fait progressivement de 1872 à 1873), les voitures 211-214 ne circulent que les jours d’affluence (notamment lors des kermesses), pour des services spéciaux ou en tant que véhicules de renfort vu leur grande capacité (40 places). C'est ce qu'il leur valut le surnom de "voitures kermesses". Que sait-on de ses véhicules?

A ce stade:
* Ces voitures sont fabriquées à New-York (USA) dans les ateliers de la John Stephenson Car Company.

* Elles sont numérotées 211-214 lors de leur arrivée à Bruxelles en 1871, où elles circulent surtout le dimanche sur la ligne Laeken-Gare du Nord.

* Il n'y a pas de
certitude concernant le nombre de voitures à impériale : 2 ou 4 (le nombre diffère en fonction des sources).

* Elles sont renumérotées 311-314 vers 1879 (donc sous l’ère des « Tramways Bruxellois ». Les numéros 211 et suivants sont réutilisés par les Tramways Bruxellois en 1880 pour de nouveaux véhicules.

* L'impériale aurait démontée en 1879 sur les 311-312.  On n'a pas de détails pour les 2 autres (impossible de savoir si elles étaient sans impériale ou si l'impériale a été démontée à une époque indéterminée).

* Les voitures 311, 312 et 314 (cette dernière ayant été transformée en voiture-aubette pour la place Royale) sont encore mentionnées dans un relevé TB de 1909 communiqué au Ministère. Ce relevé fait également mention des remorques électriques (ex-chevaline Morris) 3, 8, 12 et 24. Il semblerait que tous ces véhicules aient été démolis peu après. Cependant, bien que le relevé ait été communiqué au Ministère à la mi-1909, rien ne garantit qu'il ait été établi à cette époque (il a peut-être déjà été rédigé en 1908). Tout cela pour dire qu'on peut sans doute avoir la quasi-certitude qu'au moins 4 remorques ex-Morris subsistent jusqu'aux environs de 1909 (sans compter la 7, bien évidemment).
Pour finir, un petit mot sur la John Stephenson Car Company. Son tout premier atelier de construction (ouvert en 1831!) se trouve sur Broadway, au numéro 667, en tout plein centre de New-York. Il déménage ensuite à plusieurs reprises dans New-York même, avant de s'établir à Elizabethport (comme Singer!), dans le New-Jersey en 1898. La firme est rachetée par la J.G. Brill Company en 1904, puis par une société spécialisée dans la production d'aéronefs en 1917, avant d'être mise en liquidation en 1919.



Je vous tiens au courant s'il y a du nouveau, naturellement ^^

Bonne soirée, et à bientôt,

Callisto

samedi 11 novembre 2017

L'Europe en cartes postales anciennes: Le domaine royal de Laeken ^^

Après la visite du Palais royal de Bruxelles, nous partons découvrir les différents châteaux qui se sont situés dans le domaine royal de Laeken: le château de Laeken, le Belvédère et le Stuyvenberg, tels qu'ils se présentaient à la Belle Époque.

Nous visiterons également une partie du parc, avec son manège, sa reproduction de temple antique et son usine électrique.

Bonne visite ^^

L'Habitation des Chefs de service


Le Château royal


Le Salon des Suites


La Salle à Manger


La façade principale du Château du Belvédère


Le Vestibule et l'Escalier du Belvédaire


La Salle à Manger du Belvédère


Le Manège


Le Sanatorium et le Manège


Le Manège


L'Usine d'Electricté


Les remises et la Volière du Struyvenberg


Le Temple Anspach


Le Pont en pierres blanches


La Grille d'Honneur

mercredi 8 novembre 2017

L' "Espace Godin" à Docks Bruxsel ^^

Un ami m'a fait parvenir la carte postale suivante, qui représente une vue d'artiste des établissements Godin à Bruxelles, sur la quai des Usines. On y voit les usines (qui comprenaient, entre autres, une fonderie, un atelier d'ajustage, un atelier de polissage, un atelier d'émaillage, un hall d'emballage et de nombreux magasins), un raccordement ferroviaire vers la gare de Schaerbeek, un ensemble de 72 logements (nommé "familistère - tout à droite sur la carte postale ci-dessous) et une école (juste derrière le familistère).


Ce site industriel est, à l'origine, l'ancienne fabrique d'indiennes (comprenez: de tissus peints et imprimés) Story - Van Waes. En 1858, Jean Baptiste Godin le rachète en y transfère sa succursale de Forest. Cette usine bruxelloise ne connaitra pas le succès de sa "grande soeur" de Guise. L'école ferme en 1918. Le familistère se voit privé de ses derniers habitants en 1971, avant d'être classé en 1988.

La statue de JB Godin, érigée devant le familistère de Guise


Suite à la transformation du site en un centre commercial flambant neuf (ou presque: il a été inauguré en octobre 2016), il ne reste plus grand chose des établissement Godin. Le familistère, classé, a été conservé. Il fait actuellement l'objet d'une vente publique

Le familistère Godin, quai des Usines à Bruxelles


Les petits bâtiments qui se trouvent à gauche du familistère sur la carte postale ont été rénovés et intégrés dans le centre commercial.



Le seul autre bâtiment sauvegardé est la "cathédrale", qui est le surnom donné à l'ancien bâtiment principal de la fabrique d'indiennes (= de tissus) Story - Van Waes, érigé en 1829. 
 
La "Cathédrale", vue depuis le centre commercial


On la voit aussi au centre de la photo ci-dessous, avec sa toiture à versants, ainsi qu'au centre (plutôt en haut) de la carte postale, où elle dépasse d'un niveau les halls industriels qui l'entourent.

La "Cathédrale", vue depuis le boulevard Lambermont


Le second niveau de cette "Cathédrale" comporte, au 2ème étage (sous la charpente de la toiture), un espace de 140 mètres carrés consacré à Jean-Baptise Godin et à sa société de fabrication de poêles et de cuisinières. Cet espace s'intitule (sans trop de surprise) "Espace Godin". On y accède par un ascenseur situé tout au sud du bâtiment.

Outre de magnifiques panneaux explicatifs, illustrés par de nombreuses photos d'époque qui retracent la vie de JB Godin et de ses ouvriers (aussi bien dans l'usine, dans le familistère et à l'école!), on y découvre diverses pièces issues de la production de l'usine...

Un poêle


Une cuisinière


Autre poêle


Une autre cuisinière


... de nombreuses affiches publicitaires...



... ainsi que des catalogues.




Comme le familistère a fait l'objet de travaux de rénovation qui ne sont pas terminés et qu'il est actuellement mis en vente, et afin de vous donner une idée de ce à quoi il pouvait ressembler "du temps de sa splendeur", je partage avec vous ces photos du familistère de Guise. Ce n'est pas tout à fait pareil mais c'est fort semblable: il s'agit d'un ensemble de logements construits sur 4 niveaux et dont toutes les portes d'entrées des logements donnent sur une cour, abritée sous une large verrière.






Petit clin d'oeil: l'un des logements reconstitué dans le familistère de Guise a, parmi son mobilier, une machine à coudre Singer ^^ J'adore (raison d'ailleurs pour laquelle je publie cette photo!)



Personnellement, j'ai trouvé la visite de l'Espace Godin fort intéressante et je ne peux donc que vous conseillez d'aller y faire un tour si jamais vous passez du côté de Docks Bruxsel ^^

Bonne soirée et à bientôt,

Callisto